GUIDE DE LA COMMUNICATION ANIMALE

Loading
loading..

GUIDE DE LA COMMUNICATION ANIMALE

septembre 30, 2016
Serge Sergio
No Comments

ARTICLE 1

La communication animale mobilise la capacité de percevoir les pensées, les émotions ainsi que les sensations physiques d’un animal. Cette capacité est un langage intangible, car elle dépend de nos sens extrasensoriels : ceux de clairvoyance, de clairaudience, de clairsentience, de clairolfaction et de claire connaissance. La communication animale implique un autre langage que celui que nous utilisons pour notre communication verbale habituelle : il s’agit de notre tout premier langage, celui que nous avons bien avant les mots.
Notre façon habituelle de communiquer consiste donc d’abord à percevoir ce qui n’est pas nécessairement visible ou dit. Ce sont nos perceptions sensorielles qui l’interprètent puis l’expriment avec des mots. Ce que nous percevons au sujet du monde qui nous entoure et de nos expériences vécues est alors tangible car cette perception est ressentie grâce et à travers nos sens.

La communication animale fonctionne sur la base de ce premier langage, elle s’établit, grâce à l’empathie, à travers la connexion d’esprit a esprit.Je pense que c’est ce même langage qui permet aux espèces de communiquer entre elles ou entre espèces différentes, y compris humaines.

Comment pouvons-nous retrouver ce langage que nous avons perdu ?
Je pense qu’il faut d’abord prendre conscience de l’existence de ce langage premier, le retrouver en soi, puis le développer et l’affiner en le polissant comme un diamant que nous taillerions après en avoir retiré la gangue. Ainsi, une fois poli, pourrait-il mieux exprimer ces éléments subtils que nous avons perçus.

Le diamant brut…

Ce langage se manifeste à nous à travers les mots, les pensées, les images, les sensations physiques (les 5 sens) ou émotionnelles et la sensation de savoir, c’est-à-dire d’être dans le juste, savoir à l’intérieur de soi.
Partant de là, on pourrait se demander pourquoi, par exemple, dans le cas où un coyote est sur le point de manger un chat, le prédateur ne communique pas avec sa proie. La raison est que même si le langage premier existe, l’instinct recouvre tout, or on ne peut aller contre l’instinct. Un coyote a besoin de manger par instinct, il ne va donc pas communiquer avec le chat en s’excusant de le manger. Autrement dit, le langage premier est recouvert par l’instinct. Bien entendu, il y a parfois des cas où des espèces sensées ne pas cohabiter vivent ensemble, mais cela n’arrive que lorsque les circonstances de vie ont été transformées. Par exemple, il y a cette histoire connue d’un ours, d’un tigre et d’un lion (visible sur le web). Ces animaux, rescapés, encore bébés ont été mis dans un refuge et sont devenus avec le temps inséparables. J’ai aussi constaté de mes propres yeux l’amitié entre un lynx et un renard ainsi que le lien entre un lynx et une biche chez mon amie Marie Noëlle Baroni qui s’occupe d’animaux sauvages.
Quand tous les êtres sur Terre, et d’abord nous êtres humains, auront évolué en conscience, il n’y aura plus besoin de se manger !

Comment faire pour polir le diamant ?
Il faut tout d’abord apprendre à focaliser son esprit sur une pensée précise. Je ne dis pas vider son esprit, car nous ne pouvons pas arrêter de penser… Cela ne fonctionne pas ! C’est impossible, car la pensée est un flot. La seule chose que nous puissions faire, c’est prendre conscience de ce flot et ne pas s’y attacher, c’est-à-dire ne pas adhérer à ce que ce flot ininterrompu raconte.
Le premier moment de conscience important en communication animale consiste à se rendre compte que les pensées ne s’arrêtent pas dans notre tête.
Le second moment, tout aussi important, advient lorsque nous nous rendons compte que nous ne sommes pas obligés de prendre ce flot ininterrompu de pensées comme une vérité. Les pensées sont là, un peu comme un enfant qui fait du bruit, mais nous ne sommes pas obligés de les croire, ni de nous arrêter dessus.
Ces deux phases sont importantes. Et c’est pourquoi j’appelle cela de la communication consciente.
Je pense que pour polir le diamant, il faut au préalable avoir conscience de notre propre fonctionnement à nous, humains : baisser le son de la conversation de soi avec soi, c’est-à-dire les pensées ininterrompues qui égarent et qui nous empêchent de nous concentrer, un peu comme lorsque nous sommes perdus dans une forêt épaisse. Il faut aussi prendre conscience de la narration qui est toujours présente dans notre esprit : se raconter des faits divers, critiquer, juger ou tout simplement décrire ce que nous sommes en train de faire.
Nous conversons avec nous-même à longueur de journée sans qu’il soit possible de stopper ce processus mental. Par exemple : « Est-ce que j’ai fait assez de courses ?…. Est-ce que j’ai rempli la gamelle du chien ?… Je dois appeler telle personne au téléphone… J’aurais dû faire ceci ou j’aurais dû faire cela… » etc. Tout cela fait beaucoup de bruit et de fait nous ne percevons plus les éléments de la communication animale.
Une fois que nous avons pris conscience de ce flot et que nous arrivons à le guider, alors de l’information authentique peut arriver à notre conscience.

De nombreux communicants expliquent que les animaux communiquent principalement avec des images. Cependant, je pense que les animaux communiquent avec tous les sens comme nous-mêmes le faisons. Toutes les capacités extra sensorielles peuvent être développées chez le communicant. Il n’y a pas une perception qui soit meilleure qu’une autre, toutes font partie d’un éventail des possibles. Dans un premier temps, c’est à chacun de repérer et de mettre en avant son outil le plus solide, et dans un second temps de développer le reste des sens extrasensoriels.

Comment faire pour que cette communication soit authentique et libre de projections ?

À suivre…

Leave A Comment

Layout mode
Predefined Skins
Custom Colors
Choose your skin color
Patterns Background
Images Background